Photos : Noir & Blanc ou Couleur ?


Patron, une double ration de photo !

On me demande souvent si je livre mes photos en couleur ou en noir & blanc. Pour les photos de commande ce choix est parfois établi d'emblée par un cahier des charges mais si ce n'est pas le cas, quelle position adopter ?
La réponse dépend du contexte, du style de photos attendu, du sujet photographié et surtout du besoin du client. En l’occurrence, il est rare que je livre un cliché en Noir & Blanc sans la "version" couleur, l'un ne se substituant pas à l'autre mais étant une déclinaison, un complément, permettant d'avoir le choix...

Voici donc une traduction de ma propre expérience, de mon fonctionnement, étayé par des superpositions de 2 photos avec 2 traitements différents. Un simple "click & drag" sur la barre de séparation permet la comparaison entre les photos. (Adaptation/intégration du super plugin : TwentyTwenty (Johnny Ruvac).

Alors, pilule rouge ou pilule bleue ?

 

Exemple #1 : Mariage.

Exemple parfait pour illustrer le propos : la photo de mariage. Personnellement je ne me pose même pas la question. Couleur, N&B, Vintage, Sépia (si si, on m'en demande parfois...) les mariés (et leur entourage) attendent ça, donc : OUI pour des déclinaisons.

 

Exemple #1.2 : Mariage (again).

Outre la question de la préférence personnelle de chacun, les 2 photos dégagent 2 atmosphères assez différentes. La version N&B étant plus "dramatique" vient renforcer l'ambiance particulière du manoir tout en restant dans le cadre "photographe mariage", et c'est valable pour les portraits (c.f : plus bas) donc : OUI pour une déclinaison.

 

Exemple #2 : Photo packshot.

Pour de la photo d'illustration et de mise en valeur produit type Packshot le respect des couleurs d'origine (avec une charte couleur) est un des éléments attendus donc, à moins que ce soit une demande explicite : NON pour une déclinaison.

 

Exemple #3 : Photo industrielle.

Graphiquement parlant j'aime la version N&B, et si la photo industrielle n'exclut pas le N&B, le respect des couleurs des équipements, bâtiments et/ou machines est un des éléments attendu donc : NON pour une déclinaison.

Note : une sélection de quelques beaux N&B pour le/la chargé(e) de com' fera toujours son petit effet et pourquoi pas suggérer des tirages ou un book...

 

Exemple #4 : Photo exposition / artiste.

Le respect des couleurs d'origine est un des éléments majeurs attendus (surtout pour la peinture) mais la vision et la traduction personnelle de l’œuvre dans son contexte sont aussi propres à lui apporter une dimension singulière. Là, j'ai choisi un cas un peu particulier avec une désaturation partielle légère (oui je sais, c'est le mal absolut !) - exposition de Blanche de Bodinat - Grange Dimière 2014 - donc, avec parcimonie mais : OUI pour une déclinaison.

 

Exemple #5 : Photo corporate / portrait.

Photo d'entreprise, photo corporate (comme ça se dit) : utilisée pour la communication de l'entreprise. Je propose souvent un 3eme traitement très différent en plus des version classiques Couleur et N&B. Aucune raison de "priver" le client d'avoir le choix dans les styles de photos et selon les besoin (presse, web, print, intranet etc), donc : OUI pour une déclinaison.

 

Exemple #6 : Photo portrait.

Si il y a un "type de photo" où le choix entre la Couleur et la N&B est cornélien c'est bien le portrait. Et paradoxalement, ce choix est mu par la volonté du photographe. Certains dirons qu'il faut trancher, imposer sa vision et affirmer sa volonté, son style. Je ne peux qu'être d'accord avec ce concept, mais je reste tiraillé en épicurien et hédoniste donc : OUI pour une déclinaison.

 

Exemple #6.2 : Photo portrait.

Et dans certains cas, c'est ce "double travail" qui permettra de se faire une idée. Pour cette photo, mon choix va clairement vers le N&B. Et vous ?

 

Choix N&B : à la prise de vue ou au post-traitement ?

Les puristes diront qu'une photo en noir & blanc (même si elle est réalisée avec un boitier numérique et que la "conversion" peut se faire post-prise-de-vue) se pense, se "voit" et se conçoit dès la prise de vue, que c'est une attitude, une démarche bla bla bla... alors "oui", c'est une démarche qui peut être impliquée dès la PDV mais ce n'est pas le propos de cet article. J'entends déjà : "Oh hé l'autre comme il botte en touche hé !"

canon-picture-styleRégler le style d'image (sous Canon) de son APN sur "monochrome" revient à dire au capteur d'imprimer une quantité d'informations moindre et donc de réduire son champ d'action au post-traitement. Pourquoi faire ça ?

Dans certains cas Photoshop peut être préférable, notamment pour la bichromie mais pour tous les différents traitements Noir & Blanc j'ai travaillé sous... roulement de tambour et suspens insoutenable : Ligthroom. Quoi, ça vous étonne ?

La raison est simple, c'est plus rapide et très efficace. Point.

En revanche je n'opère jamais une simple conversion N&B par désaturation mais par le mélangeur de couches (pas Pampers non...) permettant d'agir sur les 8 teintes afin d'ajuster les contrastes entre les différentes plages de gris.


Quels choix adaptés aux différents contextes :

Type de photoLivraison CouleurLivraison Noir & Blanc
Architecture
Corporate
Évènementiel
Exposition / Art
Illustration
Industrie
Institutionnel
Mariage
Suivi chantier
Packshot
Portraits
Visite virtuelle

Conclusion :

Cher lecteur, si après avoir lu cet article (quel courage !) tu éprouves encore quelques difficultés à te faire une opinion tranchée (comme en 14), je te livre ici même la formule magique qui te permettra de résoudre ce problème de choix, aussi surement que tu sais calculer une distance hyperfocale :

Chaque règle a son exception, et la photographie ne dérogeant pas à cette règle, sauf rare exception, chacun est libre d'appliquer les propositions sus-citées à l'exception de celles ne se rapportant pas à la règle si et seulement si elle se confirme par son exception... (Avoues que tu l'as pas vue venir celle-là ! Çà calme hein ?!)

Un peu plus sérieusement : je pense que le photographe qui souhaite apporter un plus à la finalité de son travail (travail de commande) se doit de procéder à différents traitements sur ses images. Si un double traitement ne double pas la valeur intrinsèque de la photo, cela offre au commanditaire la possibilité de choisir en fonction des différents besoins et/ou supports de communication, tirages, impression de book etc...

Ce fonctionnement requiert certes un temps de travail supplémentaire non négligeable (et qu'il faudra prendre en compte économiquement) mais je reste convaincu, au vu des retours que j'en ai, que c'est aussi une façon de rester attractif ET créatif. Proposer plus que ce qui est attendu, c'est aussi une manière de se démarquer, de se faire remarquer...

Bref, j'ai écrit un article sur les différents traitements photo à livrer à ses clients... ou pas ;)


Leave a comment