Urbex ou IndustEx


UrbEx : Exploration Urbaine ("URBan EXploration").
IndustEx : Exploration Industrielle (INDUSTrial EXploration).

Je considère l'IndustEx comme de l'Urbex dont la spécialité serait exclusive aux zones Industrielles. Les 2 "pratiques" étant intimement liées. L'industrie est géographiquement proche du contexte Urbain et systématiquement liée au développement de celui-ci. (voir également "Photo de patrimoine industriel").

Lire plus bas : "Urbex ou IndustEx"

Site "V"

Canon 5D MarkIII - EF 16-35mm f/2.8L II USM + TS-E 17mm f/4 L Tilt-Shift

Origines :

L'histoire se déroule au début des années 80, et l'aventure de ma première "exploration urbaine" se faisait à velo-cross, dans les pas d'Indiana Jones, Luke Skywalker et E.T ! J'avais 13 ans, mon père, sculpteur, louait un atelier dans un bâtiment au beau milieu d'une vaste friche industrielle : les anciennes papeteries F.B*.

Le site, abandonné, était logiquement plein de pièges plus ou moins visibles. Des étages entiers de machines, de chaines de production, un dédale de couloirs sombres, des alignements de piliers symétriques, des fosses, des escaliers bruts, des surfaces bétonnées et usées, des volumes immenses et réverbérants...

Malgré l'interdit, ce géant "hanté" résonnait tel le chant des sirènes à mes oreilles : j'étais Ulysse ! Comment lui résister ?

J'ai gardé, intact, le souvenir de cette ambiance si particulière d'un lieu abandonné à la hâte, et dont un sortilège, aurait subitement éteint toute activité tel "Le Nuage vert ou le dernier survivant", [ Alexander Sutherland Neill ] : "Un nuage vert passe dans le ciel, transformant l'humanité en statue de pierre".

Seules subsistent les machines, livrées à l'usure du temps, dans l'attente d'un élixir qui viendra leur redonner vie...
Ma pratique photographique est en partie aiguillée par cette histoire.

(* : l'Urbex ne donne pas son adresse...)

Reflet d'actualité :

Cette tournure narrative enjolivée ne doit cependant pas occulter la réalité. Les "friches industrielles" sont aussi le reflet acide d'une actualité sombre et tourmentée. La plupart des sites visités appartenant désormais au patrimoine.

Sinistrées par une "économie" planétaire impitoyable qui supprime des emplois, qui délocalise et qui résume des savoirs-faire à quelques paragraphes dans les livres d'histoire, les usines sont closes : mines, fonderies, papeteries, industrie automobile... Les Trente Glorieuses ont tiré leur révérence.


Leave a comment